Coupés, Cabriolets, et carrosseries spéciales de Traction-Avant CITROËN

 

Le cabriolet 15/6  1949 de A. Midol

  

Ami visiteur

Parlons réplique et évolution à propos de cette voiture. Disons en quoi une telle réplique est un fait historique et une évolution nécessaire, non pas la simple répétition de l’histoire. Il est certes difficile pour les historiens d’une marque ou les puristes d’un modèle de reconnaître la valeur et le prix d’une voiture construite en réplique à un modèle rare et convoité. Ces derniers  conviendront cependant, à nous lire, qu’un propriétaire et sa réplique participent à l’histoire et à l’évolution positive d’un modèle. On relèvera à peine le fait que, en construisant aujourd’hui une voiture ancienne dans les règles de l’art, on pérennise des métiers anciens. On relèvera plus sûrement le fait qu’au regard de l’Histoire, 50 ans d’écart à la naissance ne sont rien, si ce n’est la moitié de la vie d’un historien.

 

Le « cabriolet 15 SIX MOD » immatriculé 338 HZR 75 (appellation réglementaire retenue par l’administration des Mines lors de la réception de la voiture à titre isolé en janvier 1993) associe l’histoire d’un modèle et d’une marque à celle d’une famille. La nôtre en l’occurrence. Parmi les cabriolets 15 six, il y aura donc eu, parmi d’autres, en 1939, l’original, celui de Madame M., épouse d’un fabricant bien connu de pneumatiques et, 50 ans plus tard, en 1989, celui d’une autre Madame M., épouse d’un simple esthète et baroudeur.

 

Le bon de commande a été signé en 1989, année de naissance de la famille. Sans que soit modifiée définitivement la voiture, un opportun processus d’évolution en aura enrichi les fonctionnalités. La raison en aura été la venue des enfants (deux seulement) et l’accroissement inéluctable de leur taille. La structure a été renforcée en 1998 lors de la suppression du bac à capote pour aménager une banquette arrière, pour rendre amovible la capote d’origine et pour anticiper les effets dus à l’âge et à un emploi intensif. Il est ainsi devenu possible entre autres, pour un mariage, qu’on mette en vis-à-vis les mariés, siège avant retourné, le spider restant alors disponible pour belles-mères et demoiselles d’honneur. Pour satisfaire aux rêves d’évasion et de destination lointaine, des transformations provisoires ont été imaginées : capote légère type torpédo pour un contact plus facile avec les pays rencontrés, plateau type pick-up remplaçant le spider et démontage rapide des sièges. Coffre et possibilité de couchage à l’intérieur se trouvaient ainsi préservés. On charge sur le plateau cantines et matériel de camping.

 

L’adjonction d’un couple long sur la boîte de vitesse et la réfection totale du moteur par Ph. Chauvet en 1999 auront été les choix heureux qui auront permis de rouler 11 500 km en Afrique Australe en 2004, dont les pistes difficiles du Lesotho, sans déplorer la moindre avarie. En 2005, seule l’altitude des plateaux andins et une batterie défectueuse, entre 3 800 et 4 600 mètres , auront parfois mis à mal les performances et la fiabilité de la belle. 2006 lui réserve la remontée des Amériques après quelques soins par une main experte en Bolivie.

A vivre ainsi cette voiture, on se met à penser que les ingénieurs devraient faire naître des enfants et conduire 15 ans autour du monde chaque modèle, même un modèle aussi égoïste qu’un cabriolet, avant de le mettre sur le marché. Tel était bien l’objet pourtant des Croisières Citroën. Les concepteurs du cabriolet 15/6 étaient restés, quant aux détails qui font de cette voiture un art de vivre, bien en deçà de ce qu’autorisait le concept. Aussi, au terme de 66 ans de vie et d’optimisation du modèle, je rêve de partir autour du monde avec l’ami N.M, heureux propriétaire actuel du cabriolet original présenté sur ce même site.

Le prix de revient de la voiture se comparerait probablement à celui d’un bateau ou d’un petit avion qui permettraient, eux aussi, de voyager autour du monde. Ce même voyage se pratique également à pieds, à cheval ou à bicyclette. Quel que soit l’habit ou le véhicule, une tête, un cœur et deux pieds restent les meilleurs outils pour aller à la rencontre des autres et de soi. Vive la Traction de Madame et de Monsieur Tout le Monde. Vive l’Histoire qui s’écrit en mettant un pied devant l’autre.

André MIDOL